Crédit

Quelques infos clés sur le crédit chez Axa Banque

JournalAuto.com publie une interview de Marie-Cécile Plessix, directrice du crédit, de la banque au quotidien et de l'épargne bancaire chez Axa Banque. Celle-ci reprend des informations très intéressantes sur l'activité crédit d'Axa Banque. En voici une sélection :

Chiffres clés

  • 2012 : Axa Banque table sur plus 40 000 dossiers de prêts personnels, soit une production d'environ 500 millions d'euros.
  • 2011 : 30 000 dossiers pour un montant de 360 millions d'euros.
  • Répartition de la production : 85 % de dossiers liés à l'acquisition d'un VN ou d'un VO,
    • dont 70% de véhicules neufs ou de moins de deux ans (montant moyen 15 000 euros),
    • et 30% de véhicules de plus de deux ans à 30 % (montant moyen 10 000 euros).

Politique de taux

  • "Nos taux sont "benchmarkés" tous les quinze jours" ;
  • "Nos offres standard hors promotion sont toujours positionnées dans le premier quartile de l'ensemble des propositions des concurrents" ;
  • "Nous avons aussi des offres de financement promotionnelles, ces dernières étant synonymes de visibilité et de conquête accessibles" ;
  • La condition d'accès à la promotion est que les bénéficiaires souscrivent aussi une assurance auto ou moto auprès d'Axa France et disposent d'un compte de dépôt chez Axa Banque.

Axa_banque_axabanque_credit

Avantages supplémentaires

  • Garantie valeur à neuf pour les véhicules neufs ou des véhicules d'occasion de moins d'un an
  • Garantie panne mécanique et une garantie valeur du véhicule plus 15 % pour les autres

La mutation de Monabanq

La nouvelle publicité de Monabanq diffusée ces derniers jours sur les écrans de TV est l'occasion de se rappeler l'histoire de cet acteur du marché bancaire français.

  • Etape 1 (le crédit) : Covefi, ancêtre de Monabanq, nait sous l'impulsion de 3 Suisses et Cetelem en s'appuyant beaucoup sur l'offre de crédit.
  • Etape 2 (la banque) : Covefi devient Monabanq et ambitionne de conquérir les internautes urbain tout en fidélisant sa base client déjà existante.
  • Etape 3 (l'épargne) : Monabanq communique sur l'épargne (nouveau site et publicité) pour répondre aux inquiétudes des clients mais surement pour sécuriser ses sources de financement.

Une évolution très caractéristique du cheminement suivi par l'ensemble du marché bancaire ces 20 dernières années.

 


Cetelem poursuit sa diversification

Au contraire de Cofinoga qui n'a pas su prendre le virage, Cetelem accélère.

  • En 2011, 26000 clients ont été convaincus par les produits de diversification du Cetelem dont 12000 livrets d'épargne pour 22 millions d'euros de collecte.
  • En 2012, l'objectif est d'ouvrir 80000 produits de diversification dont la moitié en contrats d'épargne.

Une campagne de communication a démarré ce dimanche pour promouvoir la nouvelle offre.

 


Banque et crédit : les mots clés les plus chers sur Adwords (le Journal du Net)

C'est sur la thématique crédit que les enchères sont les plus couteuses pour les établissements financiers. Les enchères sur la banque sont plus raisonnables.

Le Journal du Net répertorie les mots clefs les plus chers par secteur. Voici les 3 premiers de chaque classement.

  • Banque

Enchères_adwords_banque

  • Crédit

Enchères_adwords_crédit

 


Pourquoi Cofidis se lance dans le Mobile avec Cofidis-Mobile ?

 Cofidis propose Cofidis Mobile depuis le 3/11/2011 : une gamme de forfaits sans téléphone, allant de 9,99 euros pour 30 minutes de communication à 44,99 euros pour 10 heures et un accès multimédia illimité. Les clients pourront également acheter leur téléphone séparément notamment en le finançant avec un crédit Cofidis. Cofidis, filiale du Crédit Mutuel, s'appuie sur le savoir faire de NRJ Mobile, lui aussi filiale du Crédit Mutuel.

Cofidis-mobile-logo-téléphonie-c-tellement-plus-malin

Cofidis  n'est pas le premier banquier à se lancer dans l'aventure. Le Crédit Mutuel l'avait devancé avec son offre C le mobile. BNPP vendra d'ici quelques semaines des forfaits téléphoniques Orange et des téléphones portables. D'après des indiscrétions, Sofinco permettra aux futurs clients de Free Mobile de financer leur mobile à crédit.

Chacun de ces établissements occupent un rôle différent : Cofidis et le Crédit Mutuel sont MVNO, la BNP sera distributeur et Sofinco apporteur de service. Ils montrent l'intérêt des établissements financiers pour le marché de la téléphonie mobile, comme les opérateurs téléphoniques se sont intéressés au paiement.

Alors pourquoi Cofidis se lance sur le mobile ?

  • Raison n°1 : le marché de crédit à la consommation et particulièrement du révolving est déprimé. Les évolutions réglementaires successives ont sérieusement entamé les marges et la croissance potentielle des établissements de crédit. Les spécialistes du revolving sont particulièrement touchés. La recherche de diversification devient vitale économiquement et stratégiquement.
  • Raison n°2 : facturer l'abonnement de téléphonie mobile d'un client est l'assurance de renforcer la relation avec celui-ci. L'objet lui-même devient progressivement le vecteur relationnel principal et la durée de vie de la relation avec un abonnement sera nécessairement plus longue.
  • Raison n°3 : l'offre doit aussi permettre de se positionner sur le thème de l’optimisation de la gestion budgétaire. Il s'agit pour moi des mêmes efforts qui consistent à faire croire que le crédit révolving est un crédit responsable. A ce titre, les commentaires sur internet quant à la compétitivité tarifaire de l'offre sont assez peu élogieux.