Innovation

Retour sur le déjeuner débat sur l'avenir de la banque avec Benoit Legrand - Head of Fintech ING

Il y a quelques jours, j'ai été invité par le Cercle LAB (Laboratoire Assurance Banque) à un déjeuner débat très intéressant sur l'avenir des services financiers.

L'invité de marque était Benoit Legrand, très récemment nommé Head FinTech pour le Groupe ING au niveau mondial et Président d'ING Bank France.
 
Auteur du livre "Changer la Banque", Benoit Legrand nous a fait part de ses convictions sur l'avenir du secteur bancaire, sur la transformation digitale oblige les banques à accélérer le rythme du changement et sur le rôle des Fintech dans cette transition.
 
Changer_la_banque_benoit_legrand_ing_direct
 
Le constat de la situation des banques est sans appel : le poids des réseaux d'agences est insupportable à long terme. Dans les banques de réseau, les coûts sont constitués à 60% par des frais de personnel plus 10% de frais d'immobilier alors que les agences n'ont plus les faveurs des clients. La proportion de ceux qui visitent leur agence est passée de 62 à 17% en quelques années. Et quand ils s'y rendent, c'est dans 86% des cas pour des "servitudes" et non pour du conseil qui ne représente que 16% des raisons des visites à leur conseiller.
A côté, des Fintech et des banques en ligne parviennent à délivrer un service identique pour 5 fois moins cher ! 
Comment donc font les banques traditionnelles pour conserver une telle part de marché ?
Elles profitent de la phobie administrative des français ! Les concurrents des banques en ligne sont les français eux-mêmes et leur inertie au changement.
 
Pour l'avenir, Benoit Legrand est convaincu que les français fragmenteront leur relation avec plusieurs partenaires financiers en fonction de la performance de chacun d'eux : sur le paiement, sur l'épargne, sur le crédit. Il y aura besoin d'une couche d'agrégation pour avoir une vue unique de sa situation. Sur la façon dont le passage entre les deux monde va se passer, il n'a aucune certitude : le temps ou l'on pouvait faire des plans à 5 ans est révolu ! Plutôt que de créer des directions digitales, il suggère de "greffer" le digital dans l'esprit de chaque collaborateur et de pratiquer le mode agile à tous les niveaux.
 
Sur son rôle de Head of Fintech, Benoit Legrand vise en premier lieu à fluidifier les échanges entre toutes les entités du groupe qui innovent déjà beaucoup. Le partage des initiatives entre filiales doit permettre d'accélérer la transformation digitale du groupe. Un budget de 100 M d'euros pour investir dans les start-ups est prévu. Les investissements seront peu nombreux et guidés par une vision de "bon père de famille" à horizon 10/15 ans. L'humilité est de mise dans le domaine : ING a détenu 11% de Paypal il y a quelques années et a revenu sa participation au plus mauvais moment avant que les cours n'explosent (le manque à gagner n'a été que de 4 Milliards !).

MaSuccession.fr propose d'optimiser ses frais de succession en ligne

Rencontre avec Arthur Jacquemin et Olivier Noël de MaSucession.fr

Arthur_jacquemin_olivier_noel_masuccession.fr

La phrase clé, c'est "Optimisez gratuitement vos frais de succession". Nous proposons de calculer le montant des droits de succession qui pèsent sur la famille, puis nous aidons à les réduire en rencontrant un expert en gestion de patrimoine.

  • Comment vous est venu cette idée de service ?

Olivier : je me suis moi même étonné de la complexité d'obtenir une simple réponse chiffrée en € sur le sujet.

Arthur : en constatant que plus de 50% des clients éligibles à suivi patrimonial dans les banques de réseaux ne sont pas identifiés ! Notamment du fait de la multibancarité.

Olivier et Arthur : en constatant autour de nous les conséquences de la non anticipation du sujet pour les familles et qu'aucun acteur historique ne s'empare du sujet. Comment expliquer ce silence des notaires, banquiers, assureurs, avocats... ?

  • Quelle est votre stratégie de développement ?

Notre stratégie est double. Nous recherchons d'un côté des accords avec des entreprises disposant d'audiences ciblées notamment sur les clientèles seniors. D'autre part, nous sollicitons des banques qui souhaitent qualifier leurs clientèles patrimoniales ou privées et organiser le transfert vers leurs conseillers patrimoniaux.

  • Quelles sont les prochaines étapes ?

1- Assoir notre réseau (Banques et C.G.P.I.). 2- Répondre aux attentes des 6 millions de Français concernés par les problématiques de successions. 3- Développer des accords de partenariats Médias auprès d'acteurs qui souhaitent monétiser leur audience.

  • Qui se cache derrière la Compagnie Française des Successions ?

Olivier Noël et Arthur Jacquemin, deux passionnés de Fintech, certains qu'il y a beaucoup de nouveaux services à créer pour rapprocher les Particuliers et le monde de la Banque/Assurance notamment en exploitant les possibilités qu'offre internet.

 

Comment_reduire_ses_frais_de_succession


Number26, clone de Simple, se lance en Europe

Le futur de la banque, c'est un partage des rôles entre des nouveaux entrants qui s'occuperont des interfaces et de l'expérience client et des banques qui seront cantonnées à sous-traiter leur back office, leurs services informatiques coeur pour garantir la sécurité des dépôts et paiements.


La carte bancaire est-elle vraiment dépassée par le mobile ?

Voici une carte qui ambitionne de remplacer tout votre portefeuille : cartes bancaires, cartes de fidélité, cartes de membres etc... Plast Card. La carte est synchronisé au smartphone et intègre un écran tactile qui permet de passer d'une fonction à une autre. Le projet cherche encore son financement pour un lancement au printemps 2015. 

Quelques visuels supplémentaires sur le site Tuxboard.