Livret d'épargne

La mutation de Monabanq

La nouvelle publicité de Monabanq diffusée ces derniers jours sur les écrans de TV est l'occasion de se rappeler l'histoire de cet acteur du marché bancaire français.

  • Etape 1 (le crédit) : Covefi, ancêtre de Monabanq, nait sous l'impulsion de 3 Suisses et Cetelem en s'appuyant beaucoup sur l'offre de crédit.
  • Etape 2 (la banque) : Covefi devient Monabanq et ambitionne de conquérir les internautes urbain tout en fidélisant sa base client déjà existante.
  • Etape 3 (l'épargne) : Monabanq communique sur l'épargne (nouveau site et publicité) pour répondre aux inquiétudes des clients mais surement pour sécuriser ses sources de financement.

Une évolution très caractéristique du cheminement suivi par l'ensemble du marché bancaire ces 20 dernières années.

 


Cetelem poursuit sa diversification

Au contraire de Cofinoga qui n'a pas su prendre le virage, Cetelem accélère.

  • En 2011, 26000 clients ont été convaincus par les produits de diversification du Cetelem dont 12000 livrets d'épargne pour 22 millions d'euros de collecte.
  • En 2012, l'objectif est d'ouvrir 80000 produits de diversification dont la moitié en contrats d'épargne.

Une campagne de communication a démarré ce dimanche pour promouvoir la nouvelle offre.

 


L'épargne solidaire... Pour les Nuls

L'épargne_solidaire_pour_les_nuls Dans la famille de l'épargne responsable, "Epargner Ethique" nous réalisait un panorama des solutions pour donner du sens à ses placements : l'épargne "verte", l'épargne religieuse, l'épargne responsable et l'épargne solidaire. "L'épargne solidaire pour les Nuls" vous proposera d'approfondir ce dernier thème.

L'épargne solidaire est une épargne qui a vocation à financer des projets à destinée sociale ou des entreprises sociales ou solidaires. Ces projets ou entreprises mettent l'humain en première ligne. L'épargne solidaire nécessite donc, d'une part, une économie solidaire qui fonctionnera selon des valeurs sociales et, d'autre part, un financement solidaire qui acceptera de soutenir cette économie avec une grille de lecture autre que financière.

L'épargnant solidaire acceptera d'affecter une partie de son capital investi, de partager une partie de ses revenus ou d'y renoncer totalement, au profit de cette économie. Participer à ce cycle a un intérêt pédagogique, car il permet de se réapproprier le fonctionnement des circuits économiques et financiers. Les placements traditionnels vous coupent de cette réalité en vous faisant focaliser sur la rentabilité. Être épargnant solidaire, c'est reprendre son rôle de consommateur citoyen qui choisi d'influer à son niveau sur l'évolution des choses.

Le livre décrit les 3 principales manières d'investir solidairement :